du mardi au vendredi de 14h à 18h et le samedi de 11h à 17h
19, Boulevard Georges-Favon – 1204 Genève
T: +41 22 310 00 13

Animée par la conviction que l’art peut inspirer le changement, Wilde défend des pratiques artistiques d’une grande rigueur conceptuelle et intellectuelle. Depuis plus de 30 ans, Wilde soutient les pratiques évolutives des artistes établis et émergents qu’elle représente. Wilde est une jeune galerie qui, paradoxalement, possède une longue histoire. Créée à Genève en 1990, la Galerie Guy Bärtschi a été rebaptisée une première fois en 2014, suite au départ de son fondateur, puis une nouvelle fois en 2019, pour l’appellation de Wilde. En 2019, Wilde a par ailleurs inauguré un deuxième espace de galerie au centre de Bâle, avec un intérieur singulier, remodelé par l’architecte française Andrée Putman. En 2020, Wilde a complété son dispositif en ouvrant une salle d’exposition à Zurich, dédiée à la présentation d’œuvres du second marché.

OMAR BA
Engrenages (dans la galerie principale)

18.01 — 07.03.24
Vernissage le 18.01.24 à 18h dans le cadre de la Rentrée des Bains

Omar Ba est né en 1977 dans un village sérère situé à 150 km de Dakar dans la région de Fatick au Sénégal. Il a été formé à l’École nationale des Beaux-Arts de Dakar et à l’École des Beaux-Arts de Genève. L’artiste vit et travaille entre Dakar, au Sénégal, et Genève, en Suisse.

Le travail de Ba porte sur certains des problèmes les plus urgents de notre époque : l’inégalité croissante de la richesse et du pouvoir dans le monde, les questions relatives à l’immigration et l’évolution de notre relation avec le monde naturel. Ba puise régulièrement dans les cultures africaines et européennes et y entrelace toute une série d’éléments, ainsi que les techniques et les outils qu’il utilise, notamment le carton ondulé et la toile, les pinceaux et ses mains. Il prépare ses surfaces – carton, toile ou mur – avec un fond noir, sur lequel il superpose une palette vive dominée par les couleurs primaires. Les peintures regorgent de détails car les micro-mondes existent au sein de constellations plus vastes, oscillant entre des plans de couleurs vives et des contours complexes. Largement symboliques, les figures et les formes représentées ne font pas référence à des individus spécifiques, mais sont ouvertes à des récits universels.

Les dernières peintures de l’artiste dépeignent des dictateurs et des figures d’autorité qui dirigent des régimes corrompus et violents à travers le continent africain. Représentés comme des bêtes – en partie humaines, en partie animales – ces seigneurs de guerre despotiques sont généralement enveloppés dans une abondante flore et faune luxuriante. Le monde de la peinture de Ba est un monde hybride, évoquant en fin de compte une cosmogonie partagée entre les humains, les plantes et les animaux.

En 2021, Ba ouvrira une exposition solo à Wilde (Bâle, Suisse). Parmi les autres expositions personnelles récentes, citons celles de Contemporary Calgary (Canada), MBAM (Montréal, Canada), Wilde (Genève, Suisse) et The Power Plant (Toronto, Canada).

Parmi les expositions collectives récentes, citons celles du Centre Pompidou (Paris, France), du Musée d’Art Contemporain (Marseille, France), de la Fondation Louis Vuitton (Paris, France), du Palais des Beaux-Arts (Bruxelles, Belgique), de la Royal Academy of Arts (Londres, Royaume-Uni) et de la Galerie Guy Bärtschi, devenue Wilde (Genève, Suisse). Ses œuvres figurent dans plusieurs collections publiques, notamment celles du Centre national des arts plastiques (Paris, France), de la Collection nationale suisse (Bâle, Suisse), de la Fondation Louis Vuitton (Paris, France), du Louvre (Abu Dhabi, Émirats arabes unis), de la Collection du Credit Suisse (Suisse), de la Collection Mirabaud (Suisse) et de la Ville de Genève (Suisse).

SYLVAIN CROCI-TORTI
So You Wanna Play With Magic? (dans le Project Room)

18.01 — 07.03.24
Vernissage le 18.01.24 à 18h dans le cadre de la Rentrée des Bains

ANDREA MASTROVITO
This Beam in my Eye Is From the Tree I Planted

14.03 — 30.05.24
Vernissage le 14.03.24 à 18h dans le cadre de la Nuit des Bains

14.03.24. 10h — 14h
Séance de dédicace avec Andrea MASTROVITO

Andrea Mastrovito est né en 1978 à Bergame, en Italie. Il a obtenu son M.F.A. en 2001 à l’Accademia Carrara di Belle Arti à Bergame. Il vit et travaille à New York.

Au début des années 2000, Mastrovito est surtout connu pour ses collages sur toile, dans lesquels il superpose des centaines de couches de silhouettes découpées et peintes. En 2009, il a produit sa première Enciclopedia dei fiori da giardino, dans laquelle les concepts d’assemblage et de collage prennent une dimension spatiale marquée. Cette série a préparé le terrain pour des travaux ultérieurs, tels que L’île du Dr Mastrovito. L’œuvre comprend des milliers de pages tirées de volumes de zoologie et de botanique, découpées et présentées en trois dimensions, comme dans un livre pop-up. Les œuvres tombent en cascade des murs, remplissant organiquement l’espace d’exposition et éliminant la distance entre le spectateur et les œuvres d’art.

Dans les années qui ont suivi, le travail de Mastrovito s’est diversifié. Des environnements ou des événements entiers, c’est-à-dire des galeries, des bibliothèques, des appartements, des concerts, des films et des stades de football sont incorporés dans l’œuvre de Mastrovito. Citons par exemple la coordination d’une peinture de 2000 pieds carrés qui a été retenue par des centaines de fans de football italiens de l’Atalanta B.C., ou son projet Kickstarting, dans le cadre duquel il a travaillé avec 100 enfants de Brooklyn pour créer une peinture murale de 1000 pieds. En 2017, Mastrovito a sorti son film NYsferatu, une version animée et redessinée à la main du film Nosferatu de Friedrich W. Murnau, qui a fait date en 1922, et qui a été rediffusé à New York.

Le Ministère Italien des Affaires Étrangères a décerné à Mastrovito le prix New York en 2007 et le prix Moroso en 2012. En 2011, il est devenu le premier artiste à avoir une exposition individuelle au Museo del Novecento de Milan. Ses œuvres ont été incluses dans de nombreuses expositions institutionnelles en Europe et aux États-Unis, comme celles du MAXXI National Museum of the 21st century (Rome, Italie), du Palazzo delle Esposizioni (Rome, Italie), du Centro per l’Arte Contemporanea Luigi Pecci (Prato, Italie), du Museum of Modern and Contemporary Art of Trento and Rovereto (Italie), de la Manchester Art Gallery (Royaume-Uni), B. P.S. 22 (Charleroi, Belgique) et M.A.D. (New York, États-Unis). Il a donné des conférences publiques à l’Accademia Carrara à Bergame, à Naba, à l’Accademia di Brera, au Museo Pecci et au Spazio Oberdan à Milan, au Palazzo Forti à Vérone, à l’American Academy à Rome, au Museum Nitsch à Naples, au Pavillon Blanc à Colomiers, au Broward College à Fort Lauderdale, à l’ISCP et à l’Italian Academy de la Columbia University à New York. Parmi les expositions individuelles récentes, on peut citer celles des Musei Civici di Pistoia (Italie), de la Galleria Nazionale d’Arte Moderna (Rome, Italie), de la Fondation Bullukian (Lyon, France), de la Kunsthalle Dominikanerkirche (Osnabrück, Allemagne) et de Art Bärtschi & Cie, aujourd’hui Wilde (Genève, Suisse).

LINUS BILL, ADRIEN HORNI
1, 2 (dans le Project Room)

14.03 — 01.05.24
Vernissage le 14.03.24 à 18h dans le cadre de la Nuit des Bains